Société des lettres de l'Aveyron » Blog Archive » V. Bourgade et C. Loup « Les herbiers de Montpellier : de Richier de Belleval à e.ReColNat »

Fermeture annuelle août 2017 La Société des lettres sciences et arts de l'Aveyron est fermée du lundi 31 juillet 2017 au samedi 19 août 2017

Lire la suite

22 avril 2017 Jacques Miquel - L'affaire Fualdès : la construction d'une affabulation. Philippe Méraux - Le libraire-imprimeur ruthénois Louis-Blaise Carrère : un témoin de l'affaire Fualdès à travers une...

Lire la suite

M.-O Baruch Etre préfet en Aveyron (1935-1955) Conférence donnée par M. Marc Olivier BARUCH, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, vice-président du Comité pour l'histoire préfectorale (ministère de l'Intérieur). Le...

Lire la suite

18 mars 2017 François Bedel Girou de Buzareingues - Mgr Seignelay Colbert de Castel-Hill, dernier évêque de Rodez avant la Révolution.  Patrick Ferté - Le cardinal Georges d'Armagnac, initiateur du financement...

Lire la suite

M.-O Baruch Etre préfet en Aveyron (1935-1955) Conférence donnée par M. Marc Olivier BARUCH, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, vice-président du Comité pour l'histoire préfectorale (ministère de l'Intérieur). Le...

Lire la suite

  • Prev
  • Next

V. Bourgade et C. Loup « Les herbiers de Montpellier : de Richier de Belleval à e.ReColNat »

Posté le : 15-05-2016 | Par : Société des lettres | Dans : Conférences, Manifestations

Conférence donnée par Mme Véronique Bourgade, chef de service Patrimoine Historique, et Mme Caroline Loup, conservateur de l’herbier, de l’Université de Montpellier.

Le vendredi 20 mai  2016, à 20 h 30.

Centre culturel départemental, 25 avenue Victor-Hugo, à Rodez.

 

Les herbiers du monde contiennent plusieurs centaines de millions de spécimens. Les collections qu’ils renferment revêtent un intérêt patrimonial. Grâce à elles, il est possible de retracer l’histoire de la botanique, depuis la description de la flore européenne par les médecins et les pharmaciens, mais aussi des grands voyages à la découverte de nouvelles terres. De ce point de vue, les herbiers constituent un outil de recherche qui retrouve sa place dans la science : ils permettent de préciser ou de réaliser les inventaires de régions peu connues, de retracer le parcours des plantes invasives… Ils nous font voyager dans le temps et dans le monde entier et, grâce aux échanges d’échantillons entre les chercheurs, ils sont toujours très actifs.

 

Depuis le début des années 2000, l’informatique a permis d’ouvrir la porte de ces institutions souvent laissées pour compte depuis l’après-guerre. De grands projets de numérisation (internationaux ou nationaux) mettent les planches d’herbier à la disposition des botanistes amateurs et professionnels. Aujourd’hui, l’Université de Montpellier participe à un projet, ReColNat, financé par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Les collections accumulées depuis plus de 300 ans vont être ainsi sécurisées, notamment l’herbier d’un illustre botaniste aveyronnais, l’abbé Coste (1858-1924), propriété de la Société des lettres de l’Aveyron ; elles seront bientôt visibles sur le site web de ce projet.