Société des lettres de l'Aveyron » Blog Archive » Eugène de Barrau « Les chemins d’une vie. Carnets intimes d’un notable aveyronnais (1832-1862) »

Images ruthénoises de la France de Vichy Conférence animée par Mme Françoise Jarrige, MM. Jean-Philippe Marcy et Jean-Pierre Bauguil, historiens le Vendredi 24 novembre 2017, à 20 h 30, à l'auditorium du Centre départemental culturel,...

Lire la suite

18 novembre 2017 Christian Bernard - Le botaniste Hippolyte Coste (1858-1924) : une référence toujours d'actualité. Vincent Besombes - Le massacre de  Sainte-Radegonde (août 1944). Analyse des fonds iconographiques...

Lire la suite

Les Aveyronnais sur tous les fronts 1914-1918 LES AVEYRONNAIS SUR TOUS LES FRONTS 1914-1918 La Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron est heureuse de vous convier à  une conférence le 29 septembre 2017 et une journée d'étude...

Lire la suite

Fermeture annuelle août 2017 La Société des lettres sciences et arts de l'Aveyron est fermée du lundi 31 juillet 2017 au samedi 19 août 2017

Lire la suite

22 avril 2017 Jacques Miquel - L'affaire Fualdès : la construction d'une affabulation. Philippe Méraux - Le libraire-imprimeur ruthénois Louis-Blaise Carrère : un témoin de l'affaire Fualdès à travers une...

Lire la suite

  • Prev
  • Next

Eugène de Barrau « Les chemins d’une vie. Carnets intimes d’un notable aveyronnais (1832-1862) »

Posté le : 24-03-2007 | Par : Société des lettres | Dans : Publications, Travaux de recherche

Eugène de Barrau, « Les chemins d’une vie. Carnets intimes d’un notable aveyronnais (1832-1862), Archives historiques du Rouergue, XXVII, 2007, XCI-261 p.

 

Les Barrau, de Carcenac-Salmiech, ancrés aux marges hautes du Ségala, vers le Lagast, puis le Lévezou, forment l’un des lignages parmi les plus représentatifs des élites terriennes du Rouergue historique.

Après l’affaire Fualdès (1817), dans un Aveyron foncièrement rural, les valeurs essentielles, qu’elles soient matérielles, sociales ou spirituelles, demeurent celles des domaines et des familles.

Cet esprit traditionaliste du « vieux Rouergue » qui a été la marque du comportement de certains nostalgiques de l’Ancien Régime, eût pu scléroser les aspirations et les attitudes d’Eugène de Barrau dans une existence confinée de hobereau court de vue sur la marche du siècle. Or, ses Carnets personnels révèlent combien ses préoccupations ont été diverses et complexes.

Témoignages attachants d’une destinée familiale et de celle d’un couple, voyages étonnants en France et en Europe, passion politique, convictions et engagement légitimistes font des Chemins d’une vie un document remarquable sur l’Aveyron et la noblesse provinciale au coeur du XIXe siècle.