Société des lettres de l'Aveyron Archives des Conférences - Société des lettres de l'Aveyron

Conférence « Rodez en images »

Posté le : 17-11-2022 | Par : Christine CHEURET | Dans : Historique, Actualité, Conférences

Une conférence publique gratuite « Rodez en images, Métiers, commerces et boutiques d’antan « aura lieu le vendredi 2 décembre 2022 à 20h30 dans l’amphithéâtre de l’agglomération de Rodez situé au 17 rue Aristide Briand (en face de l’école de Musique).

Cette conférence est un complément de l’ouvrage édité et s’efforce de ne présenter que des clichés totalement inédits issus des collections de la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron

La conférence sera animée par les auteurs Claudie Blanquet-Fonquerne et Bruno Ginisty.

Une séance de dédicace est prévue après la conférence.

En raison d’un nombre de places limitées, une inscription préalable est demandée en cliquant sur le lien

Quartier Saint Cyrice à Rodez. Cl. Société des lettres de l’Aveyron.


Conférence sur Jean Moulin à Rodez

Posté le : 01-09-2022 | Par : Christine CHEURET | Dans : Historique, Actualité, Conférences

Conférence sur Jean Moulin le vendredi 16 septembre 2022 à 18H30 au Centre culturel départemental de Rodez par Mme Christine LEVISSE-TOUZÉ.

Réservation obligatoire au 05 65 71 24 00 ou 05 65 42 75 93

Affiche conférence Jean Moulin

Jean Moulin – Artiste, préfet, résistant (1899-1943)

Gloire du corps préfectoral, Jean Moulin a rêvé d’une carrière artistique. Mais, par raison, il fait carrière dans l’administration préfectorale.

Élevé dans une famille républicaine dont le père lettré a été le défenseur du capitaine Dreyfus, Jean Moulin a aussi l’expérience des cabinets ministériels où se confirment ses engagements politiques par l’aide aux Républicains espagnols au sein du gouvernement de Front populaire.

Préfet de l’Aveyron durant une courte période de neuf mois (20 mars-26 avril 1937 ; 20 avril 1938-21 janvier 1939), Jean Moulin n’en laisse pas moins une empreinte forte par sa pratique de l’administration qui, selon lui, « devait avant tout être vivante et humaine et que, pour ce faire, elle exigeait un contact étroit avec les populations et avec leurs représentants… »

Parmi d’autres manifestations à Rodez, il accueille, le 12 juin 1938, le cardinal Verdier enfant du pays : « Éminence, je salue en vous le bâtisseur de l’Église, … le prince de la paix. »

Sa passion des arts – l’artiste Romanin fréquente l’École de Montparnasse et devient aussi collectionneur : Soutine, Chirico, Dufy, Tal Coat… – le porte à s’enthousiasmer pour l’œuvre de l’aquafortiste aveyronnais Eugène Viala.

Fin janvier 1939, il quitte l’Aveyron pour la préfecture d’Eure-et-Loir.

Face à la guerre, il s’engage dans la rébellion. À l’heure des choix, le « préfet de la Résistance », le chef de l’Armée des Ombres, fidèle serviteur du général de Gaulle, chef de la France libre, n’hésite pas à aller au bout de sa mission et à se sacrifier au nom de la France.

La conférencière

Mme Christine LEVISSE-TOUZÉ est historienne, Docteur-ès-Lettres, Directeur de recherche associé à l’université Paris-Sorbonne, Conservateur général honoraire du patrimoine de la Ville de Paris et Présidente du Conseil scientifique du musée de l’Ordre de la Libération

Informations pratiques

La conférence aura lieu le Vendredi 16 septembre 2022 à 18H30 au Centre culturel départemental, 25 av. Victor Hugo à Rodez. L’inscription est obligatoire au 05 65 71 24 00 ou 05 65 42 75 93.

Tarif : gratuit.
Cette conférence est organisée en partenariat avec le Centre Européen de Conques et l’association des Amis d’Eugène-Viala et du Lévezou.

Crédit Photo © Escoffier – Reproduction interdite

conférence autour de Jean Wirth vendredi 25 juin 2021 – 19 h – par RESERVATION

Posté le : 04-02-2021 | Par : Société des lettres | Dans : Manifestations, Actualité, Conférences

    ATTENTION  : RESERVATION

par téléphone ou par mail 

 

Capture d’écran 2021-06-05 à 14.10.19

Capture d’écran 2021-06-05 à 14.10.31

Résumé de la communication :

Depuis l’époque moderne, il existe ce qu’il est convenu d’appeler un art religieux, opposé à l’art profane non seulement par sa thématique, mais encore par la manière de représenter les thèmes. Le problème est de savoir si cette distinction est pertinente pour l’art médiéval. Il y avait bien sûr des thèmes religieux et d’autres qui ne l’étaient pas, mais la manière de les représenter était la même.

    Ce que la Contre-Réforme du XVIe siècle a banni des églises y était courant au Moyen Âge : la sensualité des tenues et des attitudes, le comique, parfois l’obscénité. Cela ne suscitait guère de protestations avant la fin de la période. Le christianisme médiéval n’était pas puritain. Aussi, à l’opposé de l’idée qu’on se fait de la période, la liberté de l’artiste y était proclamée par les autorités religieuses elles-mêmes.

CONFERENCE DE JACQUELINE LALOUETTE, 2019

Posté le : 10-12-2019 | Par : Société des lettres | Dans : Manifestations, Conférences

Un peuple de statues. La célébration des grands hommes en France et dans le département de l’Aveyron (XIXe-XXe siècle) 

Conférence de Jacqueline Lalouette
professeur émérite d’histoire contemporaine (Université de Lille 3)
et membre senior honoraire de l’Institut universitaire de France. 

Vendredi 25 octobre 2019, à 20 h 30 à l’auditorium du Centre culturel, 25 avenue Victor-Hugo, à Rodez

MONTAIGNE, UN HOMME LIBRE AU CŒUR DES GUERRES DE RELIGION

Posté le : 10-12-2019 | Par : Société des lettres | Dans : Manifestations, Conférences

 

 

Conférence d’Arlette JOUANNA,

professeur émérite d’histoire moderne, Université Paul-Valéry, Montpellier III

Vendredi 17 mai 2019

Capture d’écran 2020-04-11 à 16.40.47

Il y a une énigme Montaigne.

On imagine souvent l’écrivain retiré dans sa tour pour caresser les muses et cultiver une sagesse intemporelle. Mais il ne peut se résumer à l’image du philosophe voué à la contemplation. C’est un seigneur à la tête d’un vaste domaine, un gentilhomme pétri de valeurs nobiliaires, un ancien magistrat aussi, pénétré d’un riche savoir juridique, qu’il mit pour un temps en œuvre au parlement de Bordeaux, ville dont il deviendra le maire, un acteur politique surtout, happé par la tourmente des guerres de Religion, la violence des haines confessionnelles et la hantise de la mort qui ensanglante la France.

On ne peut comprendre le destin singulier de cet homme d’exception sans mettre en miroir ces différentes figures qui composent sa personnalité et le terroir historique dans lequel elles s’enracinent.Comment un gentilhomme campagnard, de fraîche noblesse, a-t-il pu concevoir le projet sans précédent de faire l’exploration de son univers intime ? Comment cet homme qui dit avoir en horreur les « nouvelletés» s’est-il accommodé, malgré son attachement au catholicisme, de la nouveauté inouïe que représentait la légalisation partielle du culte protestant en France ?

Chercher à répondre à ces questions fait émerger la figure d’un homme singulier, qui tente de voir clair en lui, et autour de lui, avec une lucidité et une ironie très savoureuses pour le lecteur de ses Essais.

Si Montaigne nous parle encore, c’est qu’il en appelle à la « raison publique » pour transcender les intolérances ; c’est qu’il invite aussi à affranchir l’esprit du poids des conventions arrêtées et des préjugés invincibles.

ÉCRIRE UNE BIOGRAPHIE DE JEAN JAURÈS (1859-1914)

Posté le : 10-12-2019 | Par : Valerie Foulquier | Dans : Manifestations, Conférences

Conférence de M. Rémy CAZALS,Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Toulouse – Jean Jaurès

 

Vendredi 6 avril 2018

 

Personnage important de la Troisième République, Jean Jaurès est cependant trop peu connu. Cette biographie, qui repose sur une solide connaissance des sources, s’adresse à un très large public. Elle suit de près cet homme extraordinaire qui fut philosophe, historien, journaliste, député, qui livra maint combat pour la justice et la vérité, pour la République et la laïcité, pour laclasse ouvrière, pour la paix.

 

Il s’agit de lui donner la parole, de remarquer sa profonde connaissance des questions qu’il aborde et, en même temps, de souligner un sens de l’humour et de l’ironie que ses biographes n’ont jusqu’ici pas su percevoir.

 

IMAGES RUTHENOISES DE LA FRANCE DE VICHY

Posté le : 10-12-2019 | Par : Société des lettres | Dans : Manifestations, Conférences

Images ruthénoises de la France de Vichy

Conférence animée par Françoise Jarrige, Jean-Philippe Marcy, Jean-Pierre Bauguil

24 novembre 2017 à Rodez

28 26

 

Dans le cadre des conférences publiques organisées par la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, Mme Françoise Jarrige, MM. Jean-Philippe Marcy et Jean-Pierre Bauguil, historiens, spécialistes de la Seconde Guerre Mondiale, proposent au public aveyronnais de découvrir un certain nombre de  clichés inédits, conservés dans les collections de la Société des lettres de l’Aveyron. Datant de l’époque du régime de Vichy, ils sont les témoins d’événements dont la mémoire s’estompe au fil des décennies : l’aide alimentaire américaine, la visite du général Laure à Rodez, les lieux de propagande, les anniversaires de la Légion française des combattants, principal mouvement au service du régime,ainsi que les fêtes de Jeanne d’Arc.

 

Issus des recherches menées à la Société des lettres de l’Aveyron comme aux Archives départementales de l’Aveyron, les commentaires s’efforceront, sans ambition d’exhaustivité, d’éclairer, dans toute leur complexité d’interprétation, ces « images ruthénoises de la France de Vichy ».

Montaigne, un homme libre au coeur des guerres de religion

Posté le : 11-05-2019 | Par : Société des lettres | Dans : Manifestations, Conférences

Conférence animée par Mme Arlette Jouanna, professeur émérite d’histoire moderne, Université Paul-Valéry, Montpellier III

le Vendredi 17 mai 2019, à 20 h 30,

à l’auditorium du Centre départemental culturel, 25 avenue Victor-Hugo à Rodez

Images ruthénoises de la France de Vichy

Posté le : 05-11-2017 | Par : Société des lettres | Dans : Manifestations, Conférences

Conférence animée par Mme Françoise Jarrige, MM. Jean-Philippe Marcy et Jean-Pierre Bauguil, historiens

le Vendredi 24 novembre 2017, à 20 h 30,

à l’auditorium du Centre départemental culturel, 25 avenue Victor-Hugo à Rodez

Dans le cadre des conférences publiques organisées par la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, Mme Françoise Jarrige, MM. Jean-Philippe Marcy et Jean-Pierre Bauguil, historiens, spécialistes de la Seconde Guerre Mondiale, proposent au public aveyronnais de découvrir un certain nombre de  clichés inédits, conservés dans les collections de la Société des lettres de l’Aveyron. Datant de l’époque du régime de Vichy, ils sont les témoins d’événements dont la mémoire s’estompe au fil des décennies : l’aide alimentaire américaine, la visite du général Laure à Rodez, les lieux de propagande, les anniversaires de la Légion française des combattants, principal mouvement au service du régime, ainsi que les fêtes de Jeanne d’Arc.

Issus des recherches menées à la Société des lettres de l’Aveyron comme aux Archives départementales de l’Aveyron, les commentaires s’efforceront, sans ambition d’exhaustivité, d’éclairer, dans toute leur complexité d’interprétation, ces « images ruthénoises de la France de Vichy ».

Entrée libre et gratuite

M.-O Baruch « Etre préfet en Aveyron (1935-1955) »

Posté le : 14-03-2017 | Par : Société des lettres | Dans : Manifestations, Conférences

Conférence donnée par M. Marc Olivier BARUCH,
directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales,
vice-président du Comité pour l’histoire préfectorale (ministère de l’Intérieur).

Le Vendredi 17 mars 2017, à 20 h 30

Centre culturel départemental, 25 avenue Victor-Hugo, à Rodez

 

Entre le milieu des années 1930 et celui des années 1950, pas moins de quatorze personnes – tous des hommes, le temps est encore lointain où une femme sera nommée préfet – exercèrent, plus ou moins longtemps (entre une semaine et trois ans et demi), les fonctions de préfet de l’Aveyron. Parmi eux, deux connurent une fin tragique : Jean Moulin bien sûr, mort des suites des tortures infligées par Barbie et ses séides, mais aussi Charles Marion, qui administra le département durant l’essentiel du régime de Vichy et fut assassiné en novembre 1944 par des résistants de Haute-Savoie, département dont il était le préfet jusqu’en août précédent.
En plus de nous éclairer sur cette époque si particulière, les documents conservés aux archives départementales de l’Aveyron en disent beaucoup sur les permanences et les contingences du métier de préfet – dont on tentera de dresser le panorama, sociologique et historique, en moyenne durée. On procédera pour cela à une double mise en perspective : celle d’abord qui analyse trois moments bien distincts – l’avant-guerre d’abord, époque de montée des périls, le moment Vichy ensuite, enfin les tensions de l’après-guerre, avec la rupture en 1947 du consensus résistant – mais celle aussi qui distingue l’Aveyron d’autres départements comparables, compte tenu des spécificités de sa vie politique, économique et sociale d’alors.

 

Entrée libre et gratuite