Société des lettres de l'Aveyron » Blog Archive » Urbain Hémard « Recherche de la vraye anathomie des dents, nature et propriété d’icelles »

Images ruthénoises de la France de Vichy Conférence animée par Mme Françoise Jarrige, MM. Jean-Philippe Marcy et Jean-Pierre Bauguil, historiens le Vendredi 24 novembre 2017, à 20 h 30, à l'auditorium du Centre départemental culturel,...

Lire la suite

18 novembre 2017 Christian Bernard - Le botaniste Hippolyte Coste (1858-1924) : une référence toujours d'actualité. Vincent Besombes - Le massacre de  Sainte-Radegonde (août 1944). Analyse des fonds iconographiques...

Lire la suite

Les Aveyronnais sur tous les fronts 1914-1918 LES AVEYRONNAIS SUR TOUS LES FRONTS 1914-1918 La Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron est heureuse de vous convier à  une conférence le 29 septembre 2017 et une journée d'étude...

Lire la suite

Fermeture annuelle août 2017 La Société des lettres sciences et arts de l'Aveyron est fermée du lundi 31 juillet 2017 au samedi 19 août 2017

Lire la suite

22 avril 2017 Jacques Miquel - L'affaire Fualdès : la construction d'une affabulation. Philippe Méraux - Le libraire-imprimeur ruthénois Louis-Blaise Carrère : un témoin de l'affaire Fualdès à travers une...

Lire la suite

  • Prev
  • Next

Urbain Hémard « Recherche de la vraye anathomie des dents, nature et propriété d’icelles »

Posté le : 10-02-2009 | Par : Société des lettres | Dans : Publications, Travaux de recherche

Urbain Hémard, Recherche de la vraye anathomie des dents, nature et propriété d’icelles, Rodez, Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, Archives historiques du Rouergue, XXVIII, 2009, XCIII-89 p.
DISPONIBLE 25 euros (+ frais de port)

 

La Recherche de la vraye anathomie des dents, nature et propriété d’icelles, publiée à Lyon en 1582 est le premier ouvrage français entièrement consacré à l’odontologie. Son auteur, Urbain Hémard, un chirurgien de Rodez (vers 1548-1592), l’a écrit pour son protecteur, le cardinal Georges d’Armagnac qui, souffrant de violentes rages de dents, lui demanda les causes et raisons d’une si forte douleur.

 

Pour le lecteur non averti, la découverte de cet ouvrage rarissime est une surprise réjouissante. Il découvrira les questions qui se posaient alors : si les dents sont des os plus durs que les autres; si elles ont sentiment ; comment naissent et sortent les fendantes ou trenchantes, les canines ou dents de chien ou encore oeilhères et les mâchelières ou marteaux. Il appréciera les judicieux conseils pour assurer une bonne dentition aux enfants. Il frémira à la description des maladies et de la douleur omniprésente, et doutera de l’arsenal thérapeutique, fait d’astringents et de narcotiques remèdes ou estupéfactifs pour hébéter le sentiment. Il apprendra aussi que, faute d’arracheurs de dents qui se trouvent exprès aux grandes villes, menteurs parce qu’ils promettent indifféramment heureuse yssue de toutes choses, le chirurgien doit être exercé à cette oeuvre. Il saura que les aymorragies post-extraction étaient souvent mortelles et conviendra volontiers que la guérison de la douleur des dents par billets et par charmes est affaire de suggestion. Il mesurera la crudité des situations à laquelle tout homme pratiquant les arts de guérir était alors confronté. La Recherche est aussi un document socio-historique de cette seconde moitié du XVIe siècle, témoignant de la dureté et de la précarité de la vie sans cesse menacée.

Outre l’intégralité du traité original, le lecteur trouvera dans l’ouvrage plusieurs mises au point de spécialistes, éclairant d’un jour nouveau la personnalité d’Urbain Hémard et sa place dans l’histoire médicale.