Société des lettres de l'Aveyron » Actualités

Montaigne, un homme libre au coeur des guerres de religion Conférence animée par Mme Arlette Jouanna, professeur émérite d'histoire moderne, Université Paul-Valéry, Montpellier III le Vendredi 17 mai 2019, à 20 h 30, à l’auditorium du Centre...

Lire la suite

Images ruthénoises de la France de Vichy Conférence animée par Mme Françoise Jarrige, MM. Jean-Philippe Marcy et Jean-Pierre Bauguil, historiens le Vendredi 24 novembre 2017, à 20 h 30, à l'auditorium du Centre départemental culturel,...

Lire la suite

Les Aveyronnais sur tous les fronts 1914-1918 LES AVEYRONNAIS SUR TOUS LES FRONTS 1914-1918 La Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron est heureuse de vous convier à  une conférence le 29 septembre 2017 et une journée d'étude...

Lire la suite

  • Prev
  • Next

Etudes Aveyronnaises 2020

Posté le : 09-02-2021 | Par : Société des lettres | Dans : Actualité, Actualités, Etudes aveyronnaises

Capture d’écran 2021-01-09 à 07.32.59

Les dernières Etudes Aveyronnaises sont désormais disponibles… 

Venez retirer votre ouvrage au 2 rue de Laumière . 

Bonne lecture à toutes et tous. 

TABLE DES MATIÈRES : 

COMMUNICATIONS

 – Emmanuel JOHANS – Les Armagnacs, princes rouergats (1304-1418)

– Pierre LANÇON – La place de la Cité à Rodez, au cœur de la sociabilité urbaine (XVe-XIXe siècle)

– Claudie BLANQUET – Quand la place de la Cité, à Rodez, était en fête (1925 et 1935)

– Danielle RIVES – « Sans la lecture, on ne sait jamais rien » : Antoine-Jean Solier dans sa bibliothèque (1760-1836)

– Jean-Louis AUSSIBAL – Paul Valéry et le Rouergue. Amitiés, correspondances et villégiatures (1899-1943)

– Françoise TALVARD – Musiciens d’Eglise en Révolution : l’exemple de l’Aveyron

– Jacques MIQUEL – Fausse monnaie et faussaires dans l’Aveyron au XIXe et au début du XXe siècle

– Alain ALONSO – Jules Gastambide, maire turbulent de Decazeville (1888-1892), et pionnier de l’aéronautique

 ÉTUDES

 – Jacques FRAYSSENGE – Des années de fléaux et de misère en Rouergue et en Haut-Languedoc

– Sylvie MOUYSSET – « L’écho résonnait comme en un désert » : Pierre de Buisson, un chirurgien face à la peste (Sauveterre, 1628)

– Christian FUGIT – Jean-Louis d’Arpajon (1632-1669), marquis de Sévérac

– Pierre LANÇON – La constitution du fonds de l’historien Amans-Alexis Monteil à la Société des lettres de l’Aveyron

– Gilbert REGOURD, Christian MEYZINDI – Le passage en Aveyron de trois élèves ingénieurs en géologie et l’apparition du daguerréotype dans le département (1845)

– Léon Roucoules (†) – Maurice Genevoix, le Rouergue et les Rouergats

 CONTRIBUTIONS DE LA REVUE DU ROUERGUE

 – Philippe FIGUIÈRE – Guilhem de Rocafolh, d’Espagne. Un baron occitan à la croisée des chemins

– Franck MARTIN (avec la collaboration d’Isabelle COMMANDRÉ) – L’église Notre-Dame de Bedos (commune de Saint-Affrique) : étude archéologique du bâti

– Marie-Claude et Jean-Pierre BÉNÉZET – L’afferme de la boucherie millavoise aux XVIIe et XVIIIe siècles

– Alain ALCOUFFE, Andrew MOORE – La correspondance de Mgr Seignelay Colbert de Castlehill, évêque de Rodez, et du duc de Buccleuch

– Daniel CROZES – Les ségalas et le chemin de fer

– Jacqueline PUEL, Claude PETIT – Pierre et Lucie Maynadier, des médecins en résistance

– Henri GOURDIN – Le peintre Jean Hugo (1894-1984) : « Un pays selon mon goût »

Vente promotionnelle d’ouvrages anciens (vente réservée aux particuliers)

Posté le : 04-08-2020 | Par : Société des lettres | Dans : Actualité, Actualités, Publications

Mots-clés :

Profitez rapidement de remises exceptionelles sur des ouvrages anciens et recherchés.
Téléchargez la fiche jointe et commandez les ouvrages souhaités en renvoyant le bon de commande à la Société. Les ouvrages seront envoyés par la poste (avec frais de port) ou directement retirés dans nos locaux.
Capture d’écran 2020-07-08 à 16.18.47
 ——————————————————
OFFRE RESERVEE AUX PARTICULIERS  

Un don pour enrichir les fonds iconographiques de notre Société

Posté le : 11-04-2020 | Par : Société des lettres | Dans : Actualités, Bibliothèque

C’est une gravure du plus haut intérêt qui vient de rejoindre la très riche collection d’estampes anciennes que conserve la bibliothèque de la Société des lettres. Repérée sur un site de ventes en ligne, elle a été acquise et généreusement offerte à notre association par l’une de nos collègues, Mme Sylvie Mouysset, professeur d’histoire moderne à l’Université de Toulouse Jean-Jaurès, par ailleurs vice-présidente de notre association.

Capture d’écran 2020-04-11 à 16.43.55

Cette gravure sur cuivre représente l’humaniste Guillaume Philandrier (1505-1565), secrétaire du cardinal Georges d’Armagnac, et commentateur des écrits de Vitruve, architecte romain de l’Antiquité. On doit notamment à Philandrier la conception, vers 1552-1562, des parties hautes de la façade occidentale de la cathédrale de Rodez, ainsi que le couronnement de la tour sud-ouest. Ce frontispice constitue assurément le « triomphe de la catholicité moderne », selon l’historien de l’art Henri Zerner.

Ce portrait de Philandrier est dû au célèbre graveur flamand Philippe Galle (1537- 1612). Dans son atelier anversois, ce buriniste exécuta de multiples œuvres qui assurèrent sa renommée auprès d’une riche clientèle. Il grava notamment certains tableaux de Pieter Brueghel l’Ancien.

La gravure récemment offerte est extraite d’un ouvrage que Galle publia en 1572 dans cette grande et prospère cité flamande. Ce recueil de portraits, fort rare lui aussi, s’intitule Virorum doctorum de disciplinis benemerentium effigies XLIIII. Dans ce volume qui rassemble les effigies des célébrités du temps, l’on trouve, aux côtés du presque rouergat Philandrier – il était né à Châtillon-sur-Seine – des noms aussi célèbres que ceux d’André Vésale, Christophe Plantin, Erasme, Guillaume Budé ou Thomas More. Quant au quatrain qui légende le portrait de Philandrier, on le doit au philologue espagnol Arias Montanus.

La gravure récemment offerte est extraite d’un ouvrage que Galle publia en 1572 dans cette grande et prospère cité flamande. Ce recueil de portraits, fort rare lui aussi, s’intitule « Virorum doctorum de disciplinis benemerentium effigies XLIIII ». Dans ce volume qui rassemble les effigies des célébrités du temps, l’on trouve, aux côtés du presque rouergat Philandrier – il était né à Châtillon-sur-Seine – des noms aussi célèbres que ceux d’André Vésale, Christophe Plantin, Erasme, Guillaume Budé ou Thomas More. Quant au quatrain qui légende le portrait de Philandrier, on le doit au philologue espagnol Arias Montanus.

Au nom de l’ensemble des membres de la Société des lettres de l’Aveyron, nous ne pouvons que remercier très chaleureusement Mme Sylvie Mouysset pour cette délicate attention. À dire vrai, le geste de notre collègue s’inscrit dans une longue et lointaine tradition. En effet, c’est grâce à la générosité de ses membres que notre institution, depuis sa fondation en 1836, s’est dotée de collections exceptionnelles qui contribuent à son rayonnement intellectuel. Elles peuvent être admirées au musée Fenaille ou consultées au siège social, au sein de la bibliothèque ouverte aux membres et aux chercheurs.