Société des lettres de l'Aveyron » Blog Archive » Christian Prieur « Le général de Castelnau (1851-1944) : le maréchal «oublié» de la Grande Guerre »

Images ruthénoises de la France de Vichy Conférence animée par Mme Françoise Jarrige, MM. Jean-Philippe Marcy et Jean-Pierre Bauguil, historiens le Vendredi 24 novembre 2017, à 20 h 30, à l'auditorium du Centre départemental culturel,...

Lire la suite

18 novembre 2017 Christian Bernard - Le botaniste Hippolyte Coste (1858-1924) : une référence toujours d'actualité. Vincent Besombes - Le massacre de  Sainte-Radegonde (août 1944). Analyse des fonds iconographiques...

Lire la suite

Les Aveyronnais sur tous les fronts 1914-1918 LES AVEYRONNAIS SUR TOUS LES FRONTS 1914-1918 La Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron est heureuse de vous convier à  une conférence le 29 septembre 2017 et une journée d'étude...

Lire la suite

Fermeture annuelle août 2017 La Société des lettres sciences et arts de l'Aveyron est fermée du lundi 31 juillet 2017 au samedi 19 août 2017

Lire la suite

22 avril 2017 Jacques Miquel - L'affaire Fualdès : la construction d'une affabulation. Philippe Méraux - Le libraire-imprimeur ruthénois Louis-Blaise Carrère : un témoin de l'affaire Fualdès à travers une...

Lire la suite

  • Prev
  • Next

Christian Prieur « Le général de Castelnau (1851-1944) : le maréchal «oublié» de la Grande Guerre »

Posté le : 04-11-2014 | Par : Société des lettres | Dans : Conférences, Manifestations

Conférence donnée par Christian Prieur

Le vendredi 14 novembre 2014, à 20 h 30.

Centre culturel départemental, 25 avenue Victor-Hugo, à Rodez.

 

Au moment où la France célèbre le centenaire du déclenchement de la guerre de 1914-1918, il est important de revenir sur le rôle joué par un grand Aveyronnais, le général de Castelnau. Ce dernier a participé, de près ou de loin, à trois guerres : celle de 1870 comme sous-lieutenant, celle de 1914 comme général d’Armée et celle de 1940-1944, dans l’attente de la Libération et en refusant toute collaboration avec l’ennemi.

Le général de Castelnau, après une brillante carrière militaire dans l’armée dite de la « Revanche », prépara, auprès de Joffre, le plan de mobilisation qui alignait cinq armées françaises le long de la frontière avec l’Allemagne. C’est avec le titre de commandant de la IIe Armée qu’il entra dans le conflit, avec six de ses fils officiers, dont trois perdront la vie dans les combats.

La IIe Armée constituait la pièce maîtresse de l’offensive voulue par Joffre en Lorraine : la sanglante bataille des frontières. Elle participa à la « course à la mer » jusqu’à la stabilisation du front, sur 750 kilomètres, entre Belfort et Dunkerque.

Le général de Castelnau, nommé commandant du groupe d’Armée du Centre, tenta en vain d’effectuer une percée sur le front de Champagne, en mars 1915, et fut imposé, par le pouvoir politique, à Joffre, comme adjoint. C’est à ce titre que, dès l’attaque allemande de février 1916, il mit en place les effectifs et le commandement qui permirent aux forces françaises de « tenir » Verdun (nomination de Pétain). Il acheva la guerre en tant que commandant du groupe d’Armée de l’Est, chargé de préparer l’offensive qui aurait dû permettre à l’armée française de franchir le Rhin. Cette offensive devait être déclenchée le 14 novembre 1918….

Le général de Castelnau, que ses convictions religieuses affirmées empêchèrent de se voir décerner la dignité de maréchal de France, au même titre que Franchet d’Espèrey, Fayolle ou Gallieni, fut élu, après la guerre, député de l’Aveyron, puis président de la Fédération nationale catholique (1925-1940). En 1940, il estima que la défaite était imputable au haut commandement militaire et qu’il aurait fallu continuer le combat en Afrique, la guerre étant mondiale. Il se prononça contre toute collaboration avec la puissance occupante et incita ses petits-fils à gagner Alger et Londres.

Il s’éteignit à 93 ans, à Montrastruc-la-Conseillère, près de Toulouse, trois mois avant le débarquement de juin 1944 qu’il avait tant espéré.

Christian PRIEUR, membre de la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, est l’arrière petit-neveu du général de Castelnau.